RETRAITES Les fables de Monsieur Delevoye

Comme chacun le sait, les fables sont faites pour endormir. C’est la tactique employée par le gouvernement pour imposer une réforme de retraite destinée à baisser les pensions de toutes et de tous. Le projet de réforme retraite universel par points en cours consiste à en finir avec un régime de sécurité sociale construit sur les cotisations sociales et, notamment, assis sur les questions du travail…

Comme chacun le sait, les fables sont faites pour endormir. C’est la tactique employée par le gouvernement pour imposer une réforme de retraite destinée à baisser les pensions de toutes et de tous.
Le projet de réforme retraite universel par points en cours consiste à en finir avec un régime de sécurité sociale construit sur les cotisations sociales et, notamment, assis sur les questions du travail.
Depuis plus d’un an, maintenant, le gouvernement mène, par l’intermédiaire du Haut-commissaire à la réforme des retraites, des discussions sans que le projet de réforme universel par points ne soit révélé.
La bilatérale organisée par Jean-Paul Delevoye, cette semaine, porte sur le sort réservé aux dispositifs de solidarité. Les droits, dans le collimateur, sont les minima de pension, les droits conjugaux et familiaux.
Il n’y a plus à tergiverser, tout le monde sera perdant. Et, particulièrement, les personnes les plus touchées seront les femmes et les salariés ayant des contrats précaires, dont une grande partie de la jeunesse actuelle.
La CGT exige la tenue immédiate d’une réunion multilatérale avec l’ensemble des organisations syndicales de salariés et des organisations patronales afin que le gouvernement présente dans les moindres détails son projet de régression sociale en matière de retraites.
Il est temps de mettre un point final aux diverses fables de Monsieur Delevoye comme de Madame Buzyn.
Les salariés actifs et retraités sont en droit de connaître ce que le gouvernement leur a concocté : à savoir un nouveau recul de l’âge de la retraite, une baisse de 20 à 30 % du niveau des pensions, le démantèlement des droits familiaux et conjugaux, parmi lesquels la pension de réversion et la  remise en cause des différents régimes de retraite existants, etc.
Au contraire, la CGT affirme qu’il est possible de financer une retraite à 60 ans et un taux de remplacement d’au moins 75% du salaire avec un minimum de 1200 euros net. Elle revendique un départ anticipé pour tous les salariés exposés aux travaux pénibles.

Montreuil, le 3 avril 2019

Lien Permanent pour cet article : http://cgt06.fr/retraites-les-fables-de-monsieur-delevoye/